Cat's City

La vie dans une ville...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les fanfictions du Kinder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Just & Dream
Admin tout puissant !
Admin tout puissant !
avatar

Féminin Verseau Cochon
Age : 22
Localisation : catalunya
Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 24/05/2008

Votre chat
Quartier: Ouest
Âge:
Fréquentations:

MessageSujet: Les fanfictions du Kinder    Sam 31 Juil - 18:41

Voilà, des fan fictions par ci par là, que j'ai fait sur divers forum. *La première parle des parents d'un personnage que j'aime beaucoup, donc le voili le voilà ^^



Tiens ?
Il pleut. C’est étrange, ce matin il faisait un magnifique soleil. Mon
pelage roux se retrouve vite trempé. Je ferais mieux de rentrer au
camp. Je me mets à courir, mon mulot dans la gueule, près à retrouver
ma sœur, feuille rousse. Elle devrait bientôt avoir ses petits, c’est
merveilleux je trouve. Mais je pense qu’elle est quand même encore un
peu jeune pour en avoir. Je dis ça, mais c’est juste que j’ai la
trouille d’en avoir. Et puis encore faut-il trouver un bon père. Et
puis, je n’ai pas la tête à ça !
Mais plus je me rapproche du camp,
plus je sens mon angoisse monter. Il y a l’odeur du clan du tonnerre,
principalement, mais je sens aussi une autre odeur. Une odeur que je ne
connais pas très bien, et que je ne veux pas connaitre, celle du sang…
Mon
esprit tilt immédiatement, mon clan se fait attaquer. Je lâche ma proie
et parts à la hâtes rejoindre mon clan. Je ne mets pas longtemps à y
rentrer et trouver la clairière pleine de chat se débattant dans la
boue, du clan du tonnerre et de l’ombre. Je me jette instantanément sur
le premier chat ennemi que je croise.
Il faut croire que la guerre
est inévitable et sans fin. Les quatre clans ne peuvent pas se voir, et
serait près à tout pour détruire son ennemi. Il arrive parfois qu’un
chat devienne ami avec un chat du clan adverse, mais quand il s’agit de
combattre son ami, ou son compagnon, c’est l’un des plus grands
déchirements du cœur, car c’est le clan qui passe avant tout.
La
guerrière noire que j’affrontais partis la queue entre les pattes vers
les fourres. Mon mentor avait était l’un des meilleurs, surtout au
combat, donc je me croyais la plus forte. Mais je repensais à ma sœur,
qui n’allait pas tarder à avoir ses petits. Sans attendre, je me
dirigeais vers la pouponnière avec panique mais… Il faut croire que je
ne cours pas assez vite…
J’ai l’impression que tout est au ralenti
alors que je me dirige vers ma sœur qui est aux prises avec le
lieutenant du clan de l’ombre. Je ne cours pas assez vite, pitié,
quelqu’un, aidez là ! On est un clan non ? Tous pour un, un pour tous !
Mais apparemment non.
Je la voie tomber au sol, inerte, et tout
semble reprendre son cours du temps. J’atterris comme une furie sur le
meurtrier pour le tuer, l’exterminer, pour lui jeter toute ma haine
jusqu’à ce que je tombe, ne pouvant plus retenir mes larmes. Un
guerrier du clan prends ma relève, je ne sais lequel, tout ce que j’ai
en tête, c’est feuille rousse.
Je sais qu’il est trop tard, qu’il
ne servait plus a rien de la pousser, la forcer à se relever, de lui
crier son nom, j’espérais juste qu’elle m’entende me pardonner de ne
pas avoir courue assez vite pour la sauver…
Je ne vois même pas la
fin de la bataille arriver, mon esprit embrumé et en peine. Je n’ai
même pas vu les jours passer, il faut croire que je m’étais transformé
en légume…
Ce n’est que quelques jours plus tard que je compris
réellement que ma sœur était morte, que tout cela n’avait pas été un
rêve. Plume d’ange, notre guérisseuse, m’appris qu’étoile embrasée
s’était occupé de l’enterrement de feuille rousse, et que tout le clan
s’était occupé de moi, surtout feuille de ronces.
Maintenant que
j’y pense, c’est lui qui m’avait protégé durant la bataille, me
laissant pleurer toutes les larmes de mon corps. Il faudrait que je le
remercie la prochaine fois que je le voie...


Plume d’ange
m’a enfin laissé sortir de sa tanière. Ma peine était passé, après une
bonne demi lune, et tout ce que je voulais en ce moment, c’était
chasser ! Mais je devais d’abord savoir tout ce qui s’était passé
durant mon « absence ». Feuille des bois, une bonne amie à moi m’appris
bien vite que notre lieutenant était mort durant la bataille, et que
feuille de ronces l’avait remplacé. Ensuite nuage d’éclat, son
apprentie, était devenue éclat de verre, elle en était toute fière, et
ça me donnait envie de sourire en la voyant se dandiner toute fière, se
répétant qu’elle était la meilleure.
« Pourras-tu dire à feuille de
ronces ou étoile embrasée que je vais chasser ? » lui demandais-je
avant de partir à toute allure vers la sortie, la laissant en plant au
milieu de la clairière, je pense qu’elle n’a pas compris ce que je lui
ai dis… tant pis !
Je marchais lentement dans la forêt, l’herbe
douce sous mes pattes, aux aguets pour trouver la proie que je
mangerais. J’entendis un écureuil grignoter un gland après un petit
moment. Il ne m’avais pas vu apparemment. J’avançais à pas de loup, mon
pelage roux ne me permettant pas de me camoufler. Mais le vent tourna,
et il sentit mon odeur. Ni une ni deux, je partis à sa poursuite alors
qu’il s’enfuyait. J’étais sur le point de l’attraper lorsque je tombai
nez à nez avec feuille de ronces, tout aussi surpris lui que moi. Je ne
pus même pas retenir un petit crie de surprise alors qu’il était pris
d’un hoquet. Après quelques secondes, on éclata tout les deux de rires.
En fait, feuille de ronces n’était pas un chat que je voyais tout les
jours et avec qui je passais tout mon temps, mais il avait toujours
était gentil avec moi, et il faut dire que je l’appréciais vraiment.
Il
s’assit devant moi, léchant son poil ébouriffé par la frayeur que je
lui avais faite. Je m’assis à coté de lui, reprenant mon souffle, le
regardant du coin de l’œil. En fait, il était plutôt… beau ? Cela
devait bien être la première fois que je pensais à une telle chose
tiens ! Moi, tombé amoureuse ? Jamais ! Mais ça ne se contrôle pas je
crois… Et bien tant pis… Je verrais bien comment cela se passera.
Et
puis, il doit me prendre au moins comme une amie, après tout, il m’a
défendue alors que je pleurais ma sœur… C’est vraiment quelqu’un de
gentil, et puis…
« Merci… » Murmurais je timidement.
« Pardon ?
_ Merci pour la bataille…
_C’est rien, on est un clan après tout, non ?
_ Oui, mais durant cette bataille, je n’ai aidé personne…
_ Bien sur que oui ! Tu as rendu le voyage de ta sœur vers le clan des étoiles plus agréable. »
Rendre
un voyage plus agréable… Avais-je vraiment aidé ma sœur ? Je le saurais
quand j’irais la rejoindre. La rejoindre dans cet endroit qui me fait
si peur, ce clan si inconnu, si mystérieux, où les chats des quatre
clans se rejoignent… Un clan sans guerre.
« …me. »
Je sursautai. Je ne l’avais pas entendu me parler tiens, je suis vraiment préoccupé…
« Pardon tu disais ?
_ Heu… et bien… En fait… Je t’aime » finit il par dire si bas que j’eu du mal à l’entendre.
Je
crois que ma sœur a décidé de m’aider de là haut, a moins que cela soit
pour ça qu’il m’a aidé durant la bataille… De toute manière, il était
temps pour moi de découvrir ce que beaucoup appelle l’amour. Je
l’appellerais plutôt un piège.

***
C’était bel et bien un
piège ! Mais un beau piège. Une lune, juste une lune m’avait suffit
pour vraiment m’attacher à lui. Il est gentil, intelligent, toujours
prêt à tout pour les autres, mais il est impulsif et dominateur, chacun
son caractère, que voulez vous ? Et puis, je crois que je suis la seule
qu’il n’arrive pas à intimider ! Je l’aime, je ne peux que l’affirmer,
et les petits que j’attends ne sont pas là pour rien…
Et je ne
comprenais pas la douleur des reines à la mise à bas… Maintenant je
comprends cette douleur atroce mais supportable à l’idée que c’est pour
donner la vie… Trois petits, trois merveilleux petits, un gris, une
rousse, et un gris roux. Mais la mauvaise saison venait juste de se
terminer, et j’ai autant pleuré que pour ma sœur, patte rousse et patte
de ronces sont morts de faim, me laissant que petit vent…
On était
heureux dans le clan du tonnerre, une bonne famille, rien à reprocher !
Mais… Tu es devenu chef… Petit vent est devenu nuage céleste, son père
l’a pris comme apprenti, mais tout deviens mauvais au sein du clan. Les
plus faibles n’ont plus leur place dans le camp. Tu t’en prends à tout
le monde, sauf moi. Je ne peux pas le supporter, voir les chatons
devenir apprentis à l’âge de quatre lunes, les anciens rejetés, les
reines mal nourries…
Tu n’as jamais su qui avait décidé de te
chasser du clan. Et bien c’était moi, j’aimais mon clan avant toi, je
l’avoue… Pardonnes moi.
Lors d’une de tes assemblés pour nous dire
de devenir plus fort, nos plus forts guerriers se sont regroupés pour
te faire descendre de ton promontoire. Tu ne comprends pas étoile de
ronces, et c’est normal.
« Pars d’ici ! Tu n’es qu’un démon ! » Criait Pelage de suie, ton propre lieutenant.
« Si tu restes, tu détruiras le clan ! » criait un autre.
« Vas t’en ! » rajoutait ton propre frère.
«
Vous n’êtes que des félons ! » criais tu. « Aucun de vous n’a de
respect pour votre chef, vous n’êtes que des traitres ! » Tu me
cherchais du regard mais je m’étais cachée, je ne voulais pas que tu me
voies. « Fleur des près, tu voudras bien venir avec moi non ? » Mais
elle refusa. « Écorce de pierre ? » Il refusa. « Vent du nord ? » Il
refusa, ta voie était de plus en plus basse, tu ne comprenais pas… «
Nuage céleste ? » Non, toujours non, et tu me cherchais du regard, tu
voulais que je vienne, mais je ne voulais pas te dire non…
Tu partis, nous jurant morts et souffrances, tristesses et agonies…

***

Nuage
céleste est enfin devenu vent céleste ! Il ne lui a pas fallu longtemps
à mon petit, disais je sans arrêt. J’étais la plus fière des mères.
Mais je savais que tu tenais tout ça de ton père, son caractère en
moins. C’est bien mieux pour toi, tu seras un excellent guerrier mon
chaton. Mais nous étions en pleine cérémonie, nous ne nous attendions
pas à être attaqué…


Le ciel est magnifique ce soir. Il n'y
a pas un nuage, il n'y a que la lune et les étoiles. J'aime les nuits
comme ça, elles me rappellent tant de choses. Comme quand j'étais
petite, encore une apprentie qui ne pensait qu'à sortir du camp.
Combien de fois j'ai failli me faire attraper par un chien, un renard
ou un blaireau ? Mon mentor en avait bien marre de moi ! Même ma sœur
disait que je me ferais tuer un jour. Et bien je peux lui dire que je
suis encore là !

La pauvre est morte durant une guerre, rien
que d'y penser me fait mal au cœur. Feuille rousse, tu me manques, tu
sais ? J'avais besoin de toi sœurette. Heureusement qu'il était là pour
me soutenir après ta mort. Je crois que c'est depuis que tu es partie
que je l'aime... Je m'en veux pour ça.

Je tourne la tête sur le
coté, je sens encore ton odeur sur le promontoire. Pourquoi es tu
devenu fou ? Tu es celui que j'ai aimé, et tu es parti, banni. Je t'en
veux, de plus, je sais que tu ne me rejoindras pas avant un moment, tu
veux te venger de ce clan. Tu feras du mal à ceux que j'aime, à ceux
qui n'ont rien fait, ou qui n'ont pas voulu te suivre... Tu reviendras,
je le sais, Mais quand ? Je sais déjà que je ne serais plus là.

Je
n'ose pas baisser les yeux vers la clairière tachée de sang qu'est
devenu mon clan. Nous n'avons pas perdu, mais il y aura des morts à
compter. Du coin de l'œil je devine le corps de vent lointain, ton
frère. Il y a aussi notre lieutenant. Je ne pense même pas qu'étoile
sanglante en prendra un autre... Le clan du tonnerre n'a plus eut de
chance depuis que tu étais devenu chef... Mais ce n'est pas moi qui
changerais les choses, je sais que je verrais le clan des étoiles ce
soir...

Je t'attendrais là haut, j'aimerais bien te le dire...
Mais je ne vois personne qui serait capable de te voir sans te haïr...
Ce n'est pas grave, quelqu'un viendra bien me voir avant ma mort, et je
le lui demanderais.

Je retrouverais mon père, ma mère, ma sœur,
et je t'y attendrais toi que j'ai toujours aimé, malgré toutes tes
erreurs... Je me sens déjà partir, mais je sens quelqu'un me pousser du
bout du museau. Je t'avais presque oublié, je comprends que tu sois en
larmes, j'étais en pleurs moi aussi quand j'ai perdu ma mère. Mais je
veux juste que tu lui dises une chose :

<< Dis lui que je l'attendrais là haut... >>dis je de mes derniers mots avant de rendre mon dernier souffle.

Je
vous regarderais de là haut, je verrais comment vivra le clan du
tonnerre, tout en vous protégeant, vous qui êtes ma famille. La forêt
va grandir petit à petit, de bonnes comme des mauvaises choses
arriveront, ou pas. Mais le plus important, c'est ces derniers mots
auxquels je pense en t'entendant hurler.

Je t'aime.

==========================================

Just a life which wants to discover everything...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://catscity.forumchti.com
 
Les fanfictions du Kinder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Classification des fanfictions
» Kinder, jeune étalon.
» ALEX ? La vie c'est comme un Kinder, quand tu l'ouvres tu as toujours des surprises.
» Désir sucré... Remake of "Kinder Bueno : la pub !"
» arh mon petit KINDER.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cat's City :: Partie libre :: Fanfiction-
Sauter vers: